Arzak (2010). Mœbius vu par Jean-Luc Coudray. Case mémorable 2

Arzak. Mœbius. Mœbius productions/Glénat. 2010.

Dans cette case de la bande dessinée “Arzach deux”, la scène de combat est sanglante et pourtant l’esthétique ralentit tout. L’harmonie générale crée un milieu quasi aquatique, un liant, une épaisseur qui évoque une situation sous-marine. Le couteau lancé semble en apesanteur, immobile, dans l’éternité. La scène a une valeur fondatrice. Ainsi, un moment fugitif est élevé au rang de mythe. Mœbius occupe un terrain nouveau : la narration transcendée au-delà du temps. Il retrouve ainsi, dans la bande dessinée, la capacité à fabriquer des mythes, c’est-à-dire des histoires qui tiennent lieu de représentation. Dans cette case, le moment d’action est inépuisable. Il n’y a pas de brutalité, malgré la tête tranchée ou le couteau qui s’envole pour un crime à venir. En vérité, le couteau est un poisson qui avance calmement, la tête tranchée, une anémone qui répand sa semence, le personnage à la peau verte, une algue humaine aux préoccupations animales.

La beauté du dessin n’est pas un plus arbitraire mais une colle, une causalité qui modifie tous les rapports, une finalité interne qui érotise tout. Cette image est un monde en gestation. Le personnage lance un couteau pour percer le ventre maternel. Cet accouchement n’est qu’une intention. Il ne se produira jamais. Il est un parfum qui polarise le monde.

Voilà le sens du mythe : féconder le monde par quelque chose qui le gauchit, un déséquilibre qui l’oriente, qui le délivre de sa neutralité, qui lui donne vie.  Le couteau est en perpétuel déplacement. Il n’a pas besoin de bouger pour créer le temps. Il indique. Du coup, le temps a une flèche et nous devenons mortels.

[JEAN-LUC COUDRAY]

• Texte inédit pour EO le blog.

• Cette case fait partie d’une planche parmi celles retravaillées par Mœbius et mises en vente par la Galerie Slomka.

Arzak. Mœbius. 2010

Une dizaine de planches sont visibles (en basse definition) sur un pdf de présentation ici.

DANS LA MEME COLLECTION
• Arzach (1976). Mœbius vu par Jean-Luc Coudray. Case mémorable 1
Mœbius c’est du Lux

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s