Mœbius à La Fondation Cartier


Le lieu : une Fondation qui a comme fonction de promouvoir l’art contemporain (Boulevard & Métro Raspail) derrière une façade de Jean Nouvel et parmi un jardin lui aussi artistique.
Artistes précédents (Beat) Takeshi Kitano et encore avant Patti Smith ou Raymond Depardon. La structure gérant tout ceci : néant. Le mécénat étant une gentille aumône du commerce à son public (6,50 €), c’est vraiment de l’art, on va donc faire l’économie de la gestion.
Autant dire tout de suite que Mœbius en cet endroit remet les choses à l’envers de l’envers.
Historiquement et philosophiquement la narration étant au fond de la représentation, ce qui s’appelle actuellement la « BD » est la forme actuelle de ce qui donne un sens aux émergences successivement contemporaines du truc appelé « Art ». Donc ce qui se passe Boulevard Raspail n’est rien d’autre qu’une visite sensée d’un créateur dans un temple consacré aux exhibitions modales d’auteurs ponctuellement modernes. En fait Jean Giraud rend hommage à l’Art et non l’inverse. Sens profond du nom de l’Expo : Transe-Forme.
Inutile donc d’essayer de figer le courant permanent des créations de Gir/Moeb : vous verrez dans ce lieu des Formes, donc des reflets, que seule la continuité narrative, la « BD » !, peut transformer pour donner sens.

La planète encore. Mœbius.

Exemple : vous avez accès à la projection en 3D d’une aventure des réparateurs Stel & Atan.
Personnages parfaits, initialement stériles et non sexués. Les aléas du récit les rendent à la réalité. La BD dérive d’une simple Pub qui part de Sur l’étoile pour se crasher dans la complexité d’un monde Edenique. La 3D montre bien ces personnages plastiques sans texture, mais une Transe provoquée dans un temple nous plonge dans une séquence psychédélique à la Forme d’un rêve mutant qui à elle seule pourrait justifier la visite de l’Expo.
Le thème est bien traité avec des grands formats magnifiques et souvent inédits mais aussi une abondance d’apparents détails faussement anecdotiques comme l’illustre l’impression agrandie d’un flip book en pleine mutation.

Exposition précise quand elle montre des carnets inédits que Mœbius dessine en permanence.
Et nous frustre alors des autres histoires du Major (plus de détails publiés régulièrement et librement ici), fascinants tout de même que ces griffonnages presque publiables en l’état de récits en attente alors que plus loin et sur tout un large mur s’exposent des extraits démesurés du Chasseur déprimé. En situation avec le thème puisqu’en pleine recherche de lui-même. Rappelons que le Garage est en fait celui de Jerry Cornelius personnage libre de droit crée par Michael Moorcock auteur de SF généreux avec ses personnages (et inventeur du terme New Wave qui définissait à l’origine la nouvelle SF des années 60) Mœbius (comme Norman Spinrad ou Robert Fuest) l’a lui aussi transformé pour mettre un Major en son Garage, Hermétique donc, qui, déprimé, tente une exfiltration.
D’ailleurs que tente d’autre Mœbius avec Inside lui-même ? Une série où il se confronte en personne(s) à l’ensemble de ses personnages qui veulent plus que se transformer mais exister aussi. Ainsi Arzak qui perd son « H » en devenant l’Arpenteur et revient après plus de 20 ans d’absence. Dernière œuvre d’un auteur qui sidère par la jeunesse de son Art se TransFormant sans cesser d’être Inside-Moebius. [ERIC FLUX]

EXPO SUITE

Après « Transe-Forme », « Mœbius multiples(s) » sera la prochaine exposition d’importance de Mœbius. Elle aura lieu, du 17 juin au 31 décembre 2011 à Cherbourg, dans le cadre de la biennale de la BD.

ARCHIVE

Nous avons retrouvé quelques rares exemplaires de TAO, consacré à Mœbius. Sortis en 1998, ce numéro comprend un long entretien avec Mœbius, des inédits mais aussi des interventions de Jean-Luc Coudray, Andreas, Goossens et Jodorowsky…
Si vous êtes intéressé faites le savoir  ericeotao@gmail.com.

DÉJÀ PARU
Mœbius, c’est du Lux
Arzach (1976). Mœbius vu par Jean-Luc Coudray. Case mémorable 1
Arzak (2010). Mœbius vu par Jean-Luc Coudray. Case mémorable 2

Advertisements

9 réponses à “Mœbius à La Fondation Cartier

    • T’as rien compris au billet ?
      Concernant TAO, quelques inédits (de carnets, dont la couv) par Frank Bruneau de Stardom mais surtout des trucs pas trop connus (issus de Mœbius Comics, d’une série de cartes US mais aussi du Mœbius Groove d’Anne et Julien, plus quelques dédicaces…). C’est en noir et blanc mais ça vaut surtout pour l’entretien, deux après-midi passé avec Mœbius à Montrouge en 1997. On le vendait 50 francs à l’époque. Aujourd’hui 10 euros port compris, parce qu’on n’est pas sur ebay !
      Pour répondre d’avance, les autres numéros de TAO sont archi-épuisé depuis longtemps.

  1. Je peux vous faire de la pub pour les vendre, ça vous intéresse.
    Et oui, c’est le billet qui est passé 3 km au dessus de ma pauvre petite tête :-) Faut pas faire des trucs aussi intelligents !!

  2. Bonjour,
    Je suis aussi interessé à l’achat de TAO n°1 …..
    Que dois-je faire ?
    Je habite en Italie et je suis un « fan » de l’œuvre de Jean « Moebius » Giraud ….

    • Pour obtenir ce numéro 4 sur Mœbius, il faut envoyer un chèque de 10 euros (port compris) à : Eric Deguin, 6 rue Contrescarpe, 44000 Nantes. France. C’est le seul exemplaire a avoir été imprimé à 500 ex. en offset. Les numéros 1,2,3 et 5 sont épuisés et introuvables depuis longtemps (photocopiés, édités de 250 à 350 exemplaires, montés et reliés manuellement) et, pour certains, très recherchés (le numéro sur David B a été vu à 50 euros sur ebay) !

      • Bonjour,
        M’étant procuré quelques numéros de Tao à l’époque de leur sortie, je trouve peu étonnant qu’ils soient très recherchés, rien que pour le soin assez extraordinaire apporté à leur fabrication (les pages de formats variables, des variations de papiers, des découpages / collages, le tout fait à la main…) Du coup la fabrication plus standard du n°4 m’avait presque déçu… Mais au niveau du fond, effectivement l’entretien vaut le détour.
        Sinon je me permets de vous indiquer un autre texte intelligent (pas trop compliqué, pour Li-An j’espère) sur l’expo Moebius par la dessinatrice Sylvie Fontaine : http://www.tatourag.com/crbst_13.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s