Mœbius : Major et Fatal

Major. Mœbius 2011Si vous vous demandez, « mais quel est ce Jean Giraud, alias Gir, A.K.A Mœbius dont un ministre ou un candidat président déplore la mort ? », vous êtes alors comme beaucoup de français : étrangers à votre propre culture.
Comme l’essentiel des contemporains de cette planète moribonde vous seriez donc fascinés par l’écume, portés par les vagues mais ignorants des courants qui les portent.
Perdus dans un monde façonné par son apparence où les causes et les fins sont inversées et la surface résume en la trahissant le fond abyssal qui la forme.
Pour aller de l’un à l’autre, plonger, nager, respirer, se noyer et refaire surface il faut oser faire un retour permanent sur soi.
L’anneau de Mœbius c’est Mœbius.
Inutile d’être redondant, le seul qui connaisse Mœbius c’est celui qui s’est retourné sur lui-même, s’y trouvant sur la fin, nous le laissant croire au moins et nous le décrivant au mieux « sans aucun crayonné préalable, dans une totale improvisation » prouvant que la structure, le scénario, c’est lui, que celui qui tente de devenir transparent à lui-même à travers son œuvre c’est lui dans sa création, montrant le trait et celui qui le tient dans le même mouvement, se fondant en lui pour devenir à jamais son propre dessein.
Dans Major, un de ses derniers carnets qu’il aura passé sa vie à noircir de dessins (ô qu’ils vont êtres recherchés, compilés, thésaurisés désormais, pleurons ça aussi) son double, est dans un cercueil perdu au cœur d’un désert et lorsqu’il s’en libère l’auteur en fini par un dernier dialogue entre lui et sa créature :
« Vous n’êtes qu’une créature : c’est moi qui vous ai investi d’une certaine liberté »
Puis sur une planche il se fond en elle, sa créature, sa liberté, sa conscience.
« …Et c’est dans le plus grand silence… que le Major… sans un mot… sans la moindre pensée non consciente… s’élance… muet… vers l’envers… du temps… ou l’enfer du décor… »

Major. Mœbius 2011

[ÉRIC FLUX]

Publicités

4 réflexions sur “Mœbius : Major et Fatal

  1. Par contre, je pense que tout le monde connaît Moebius… mais peu connaissent son œuvre, Giraud était déroutant et inclassable… Il est temps pour les gens (et moi aussi) de le (re)découvrir… mieux vaut tard que jamais.

  2. Je voudrais, une heure seulement,
    Etre une heure, une heure, quelques fois,
    Etre une heure, rien qu’une heure durant,
    Major, major, major…
    Et fatal à la fois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s