Lectures de David B


Fanzine historique (premier récompensé à Angoulême en 1981) PLG s’est depuis quelques années recentré sur l’édition et se consacre à l’étude de la bande dessinée au travers de monographies et d’essais.
Après Varenne ou Baudoin, leur choix s’est porté sur David B. Bonne pioche. Il n’existait pas encore d’ouvrage sur cet auteur hormis un dossier de 9e art et un Tao au début des années 2000 (l’un et l’autre cités par PLG).
Le texte de Jean-Marc Pontier est éclairant. Universitaire et auteur lui-même il choisit de faire entrer le lecteur dans l’œuvre de David B par des portes thématiques forçement arbitraires : l’autobiographie, l’empire des rêves, la quête, la mort ou l’aventure. Cela lui permet de classer dans chacune de ses catégories quasiment toute l’œuvre de David B et de façon presque chronologique.
C’est paradoxalement dans le dernier chapitre – l’aventure – que l’on trouve le plus d’albums, mettant en valeur une évidence pourtant cachée : David B est avant tout un auteur « classique », dans le sens où il aime la bande dessinée et la littérature d’aventure et d’action. Par les chemins noirs, Terre de feu avec Micol, ou prochainement Les Postiches avec Tanquerelle en témoigne.
On est assez loin de l’image fausse – véhiculée en partie par ses albums publiés à l’Association – d’un auteur froid, introspectif voire « difficile », qu’une lecture superficielle pourrait laisser penser.
L’ouvrage de Jean-Marc Pontier vient donc à point pour réparer une injustice : depuis la fin de l’Ascension du Haut Mal David B est moins médiatisé alors que sa palette s’enrichit.

[ERIC D]

• PLG vient d’ouvrir son nouveau site. On y trouve des entretiens « bruts » de numéros épuisés : Will Eisner, Bilal ou Dupuy et Berberian.
• Jean-Marc Pontier tient un site et un blog à suivre : Pièces obliques

EXTRA
La couverture de Libération spécial Angouléme 2011.

David B

Advertisements

4 réponses à “Lectures de David B

  1. En même temps, j’ai l’impression qu’il rencontre les mêmes problèmes que Sfar par rapport à l’aventure. Elle sert souvent de prétexte à développer ses thèmes des prélidections sans se développer de manière satisfaisante (à quelques grandes exceptions près, souvent quand ce n’est pas lui qui dessine). En règle générale je sors plutôt frustré de ses albums portés sur l’aventure.

  2. Magnifique couverture!
    Super aussi celle de Libé! On ne peut plus dire que David B. n’est beau qu’en noir et blanc!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s